Rhubarbe



Histoire

Le terme « rhubarbe » est une déformation du latin rheubarbarum, lui-même dérivé de rheum barbarum. Rheum est emprunté au grec Rha, qui désignait autrefois la Volga, sur les berges de laquelle poussait spontanément la plante. L'expression rheum barbarum signifiait donc « plante barbare de la Volga ». D'autres auteurs croient plutôt que le nom vient du grec rheon, signifiant « qui s?écoule », par allusion aux propriétés purgatives de la racine. « Rhubarbe » est apparu sous sa forme actuelle à la fin du XVIe siècle, mais dès le XIIIe siècle, le mot « reubarbe » était utilisé. La majorité de la dizaine d?espèces de rhubarbe répertoriées, y compris celle que nous cultivons dans nos jardins, viennent de la Chine, la Sibérie, la Mongolie et la Russie. L'emploi de la rhubarbe daterait de 2 700 ans avant notre ère, en Chine, où l'on prisait les propriétés médicinales de sa racine. Au début de notre ère, la plante se serait répandue en Europe de l'Ouest, où l'on s'en servait également à des fins médicinales. Ses premiers usages alimentaires ne dateraient que du XVIIe siècle. Elle aurait été introduite en Amérique du Nord au début du XIXe siècle et servait essentiellement à la confection de tartes. Cette tradition culinaire provenait des Anglo-Saxons, qui donnaient familièrement à la rhubarbe le nom de pieplant (plante à tartes).

Comment choisir ?

La Tige de rhubarbe doit-être ferme et laisser transparaître sa sève lorsque vous casser la tige.

Comment conserver ?

Vous pouvez la conserver durant plusieurs jours dans votre réfrigérateur.

Comment préparer ?

Pour compenser sa forte acidité, la rhubarbe est généralement préparée avec une grande quantité de sucre, par exemple dans les confitures, les compotes et les tartes. Elle devient alors moins recommandable d?un point de vue nutritionnel. On peut toutefois sortir des sentiers battus et mettre à profit son acidité en l?apprêtant dans des plats salés plutôt que sucrés. C?est d?ailleurs ce que l?on faisait jadis dans le nord de l?Europe où on l?ajoutait aux omelettes, aux soupes et aux ragoûts. Elle peut fort bien remplacer sa cousine proche, l?oseille, dans les sauces qui accompagnent le poisson.

Suggestions d'utilisation

Sous forme de mousses, glaces, sorbets, granités, yogourts glacés et boissons frappées. Pour en atténuer l?acidité, mélangez-la avec des fruits frais ou congelés, ou avec du jus et agrémentez d?herbes telles que la menthe ou la mélisse. Nappez du fromage blanc d?un coulis de rhubarbe et décorez de quelques fraises ou framboises. Dans des tartes. Mariez-la avec des pommes, des abricots et des pruneaux, ou dans l?incontournable tarte aux fraises et à la rhubarbe. Dans le clafoutis. Remplacez le tiers ou la moitié des cerises par des morceaux de rhubarbe. Dans les plats salés

Informations nutritionnelles

La tige de rhubarbe, qui constitue la partie comestible de la plante, représente une source importante de fibres alimentaires. La majorité de son poids sec (74 %) est constitué de fibres. Parmi celles-ci, les fibres insolubles sont 8 fois plus abondantes que les fibres solubles5,6. En tenant compte de la matière sèche, la tige de rhubarbe contient 5 fois plus de fibres totales que les flocons d?avoine (gruau) et à peu près la même quantité de fibres solubles7. Les fibres solubles (pectine, psyllium...) sont reconnues pour leur capacité à diminuer le cholestérol sanguin tandis que les fibres insolubles (lignine, cellulose...) aideraient à réguler la fonction intestinale8. Bien que la rhubarbe contienne surtout des fibres insolubles, quelques études, tant chez l?humain que chez l?animal, ont démontré l?efficacité des fibres de rhubarbe à diminuer les lipides sanguins.

Quand la consommer ?

Au Printemps

Retour aux produits